Une erreur est survenue dans ce gadget

Final Fantasy VI


Aujourd'hui mon Lou, je vais te parler d'une chose très importante à mes yeux: l'un de mes jeux préférés.. Et pourtant, c'est bizarre, je n'avais jamais réussi à écrire quoi que ce soit dessus. Je ne sais pas pourquoi. C'est pourtant bien le jeu qui m'a le plus marqué. Jamais un jeu ne m'avais autant impliqué, impressionné.. par la totalité de ses aspects. C'est l'un des très rares jeux que je défendrais comme étant plus qu'un simple jeu, comme étant digne d'être étudié au même titre qu'une oeuvre littéraire ou autre.. Si si.

Ce jeu est bien sûr le sixième épisode de la série, sorti sur Super Nintendo en 1994, au Japon et aux USA seulement (connu sous le nom de Final Fantasy III d'ailleurs aux US). Le chef-d'oeuvre de la série. Je sais que les gens qui l'ont découverte avec le sept pensent que c'est le meilleur épisode, mais il est clairement surestimé. J'ai découvert Final Fantasy VI dans un magazine de jeux de l'époque, qui en avait fait un test de six ou huit pages, et lui avait décerné la note 18/20 (je me rappelle même ça!). Je me rappelle les captures d'écran, les couleurs qui m'avaient fasciné, avec entre autres une scène se déroulant dans une ville la nuit, devant une auberge, entre Locke et Celes. Les choix de couleurs dans ce jeu sont plutôt rares me semble-t-il, et ça lui donne une identité marquante..


Je m'étais procuré le jeu en import, pour une somme astronomique à l'époque. Il nécessitait un adaptateur spécial pour y jouer sur une console européenne, mais attention, tous les adaptateurs ne fonctionnaient pas, il a fallu se renseigner pour trouver la marque qui correspondait. Je me rappelle la chaîne de magasins Ultima, au centre ville, je ne sais pas si elle existe encore, mais ils proposaient des jeux en import sous une vitrine qui me faisaient baver d'envie, chose interdite et contrôlée de nos jours (l'import, parce que baver, on a le droit).

J'ai tellement joué à ce jeu.. Plus qu'à aucun autre. C'est le seul jeu que j'ai fini plus d'une demi-douzaine de fois, chose que je ne referai probablement jamais. Il y a trop de jeux de nos jours (et c'est pas possible le temps qu'on a quand on est ado!). Le jeu était en anglais, j'ai dû y jouer avec le dico sur les genoux, littéralement, pour tout comprendre au jeu. Voilà enfin mon secret: c'est comme ça que j'ai appris l'anglais! Si si.

J'ai tellement aimé tous les aspects du jeu. Je suis un fan inconditionnel de ses musiques composées pas Nobuo Uematsu, que j'écoute toujours aujourd'hui. Je les copiais sur cassettes à l'époque, en mettant un micro à côté de la télé, pour pouvoir les écouter la nuit ou en voyage.. Je vous recommande fortement les versions réorchestrées, disponibles sur iTunes, dont Final Fantasy VI: Grand Finale. Je suis admiratif devant le travail de character designer de Y. Amano, qui a réussi à créer des personnages au physique tellement unique, qui correspond tellement à leur personnalité, et qui enrichit l'univers du jeu de tant d'influences, européenne, asiatique, médiévale, industrielle..


Je ne dévoilerai pas le scénario, mais il est un modèle du genre, et croyez-moi, tous les jeux auxquels j'ai joué depuis ont été jugés en fonction de ce jeu. Aucun n'a jamais réussi à l'égaler. Ce scénario n'était pas seulement original pour l'époque, il est surtout incroyablement riche du point de vue de la personnalité des protagonistes, qui n'ont rien de clichés, qui ont tous une histoire complexe. Il est impossible de tout voir du jeu en n'y jouant qu'une fois. Un superbe exemple de son scénario avec une des scènes les plus émouvantes du jeu, celle où l'on découvre la vraie motivation de Locke, le "chasseur de trésors" autoproclamé, qui semble parcourir le monde sans autre but que celui de s'enrichir..

Et j'arrive au point qui a fini de rendre ce jeu culte pour moi. La version US était intentionnellement "buguée" comme tous les jeux à l'époque, pour ne pas être lisible sur une console européenne. Mais le bug ici n'empêchait pas de jouer, il empêchait de voir la fin du jeu, célèbre pour durer vingt minutes. Je n'ai donc pas vu la fin du jeu pendant peût-être dix ans, et c'est encore une raison pour laquelle ce jeu m'a fait rêver longtemps. Il continue d'ailleurs plus de quinze ans après..

Je rejoue au jeu depuis quelques jours sur Console Virtuelle, et je me demande comment les joueurs d'aujourd'hui percevraient le jeu, comment mon fils ou mes neveux percevraient ce jeu. Est-il possible à une personne née après l'apparition des jeux 3D de se plonger dans ce jeu, d'en voir l'intérêt et les réussites, ou semblerait-il complètement dépassé?

A suivre mes impressions au fur et à mesure..

Game of The Year 1994

Aucun commentaire: